J'étais invité ce week-end à animer en dessins le colloque sur la "Cohabitation et valorisation Ours, Loups, Hommes" qui se tenait à Luchon du 15 au 17 Mai. Je suis de retour totalement enchanté. Cette rencontre fut une vraie réussite.

1ours

Pourtant, dès mon arrivée aux portes de Luchon, j'avais l'impression d'entrer au Far West, dans une zone de non-droit où la loi du plus fort est celle des casseurs et des extrémistes "mono-neurone". Des banderoles noires barraient la route : "Colloque Ours : Danger". Danger ? Etaient-ce des menaces ? Qui sont les anonymes qui avaient peint sur la route de grandes inscriptions : "Mort à l'ours", "Non à l'ours" ? Qui sont les pyromanes qui ont allumé des feux un peu partout dans et autour de Luchon ? Les mêmes qui avaient mis le village d'Arbas à feu et à sang ? Ces voyous qui avaient terrorisé femmes et enfants favorables à l'ours ? Je ne sais pas. Mais il est probable que ces fous-furieux soient encore cette petite minorité grande-gueule dont certains médias raffolent. Actes anti-ours en photos : par ici.

43

J'arrivais donc à "Luchon banlieue city" un peu surpris, un peu honteux. Honteux de savoir que nos invités : 30 intervenants de 8 pays différents venus présenter leur expérience aux 140 participants de 18 pays européens... allaient voir autant de bêtise affichée sans crainte.

5ours7ours

Qu'allaient-ils penser des Pyrénées ? De NOS Pyrénées ! Car il est une abérration que revendique l'anti-ours : "Le symposium est vécu comme une provocation. Nous ne voulons pas que des gens de la ville déshumanisent nos montagnes". Nos montagnes ? Mais à qui appartiennent ces montagnes ? Au premier venu (l'ours) ? Au berger pro-ours ou au berger anti-ours ? A l'Etat ? A qui ? Qui décide de ce droit du sol, de ce relent de xénophobie, de ce racisme anti-urbain, anti-écolos ? Toujours cette même poignée d'extrémistes violents...

Nous étions pourtant de nombreux pyrénéens à nous sentir "biens chez nous" aussi et totalement "autorisés" à parler d'ours !

luchon3luchon4 luchon1

Bref ! Je suis mauvaise langue. Les anti-ours n'étaient pas là. La police veillait. Et puis, tout le monde est venu en amis. D'ailleurs l'objet du symposium était d'exposer les solutions de cohabitation, de valorisation du métier d'éleveur, tout pour que les choses se passent bien. Il était donc paradoxal de nous le reprocher !

1425luchon6

Ce colloque a permis de mettre en évidence que la France est pionnière en matière de technique de cohabitation. Aucun autre pays européen n’a de système d’indemnisation des dégâts plus complet et plus rapide. De même, nous sommes en tête sur les techniques de mise en place et de suivi des chiens de protection et d’aide aux bergers (assistance humaine, moyens de communication, transport de matériel …)

16231

Ce colloque a également consacré le succès des opérations de valorisation des produits pastoraux avec l’image de l’ours menées dans les Pyrénées en collaboration entre des associations environnementales (Pays de l’Ours-Adet, FIEP Groupe Ours Pyrénées) et des associations d’éleveurs. Ces productions rencontrent un succès tel que la demande est très supérieure à l’offre. Les initiateurs de ces actions-pilote souhaitent maintenant obtenir le soutien du Ministère de l’Agriculture pour développer ces filières aux perspectives prometteuses.

383936

Samedi après-midi, l’institut de sondage IPSOS a présenté les résultats de l’enquête d’évaluation menée auprès des éleveurs français ayant bénéficié des actions du programme Life Coex depuis 2004. Les résultats sont très positifs. Eleveurs comme associations demandent aux représentants de l’Etat que ces actions soient pérennisées en 2009, le programme life Coex se terminant à l’automne 2008.

940luchon542

Partout en Europe, la cohabitation hommes – grands carnivores pose des questions, certaines communes, d’autres spécifiques, et demande des efforts. Partout, des hommes travaillent dans l’intérêt général du maintien de l’élevage et de la protection de l’environnement.

Tous les participants au colloque ont affirmé que la cohabitation est possible et ont constaté que tous les éléments étaient réunis en France pour l’assurer, pour autant que l’ensemble des partenaires concernés acceptent d’y travailler ensemble.

Ceux qui s’y opposeraient encore porteraient la responsabilité des retards pris dans la généralisation des techniques de cohabitation, qui sont pourtant dans l’intérêt des éleveurs.

luchon2

Le bilan de ces trois jours de travaux est très positif. Nous en sortons regonflés, plein d'espoir, optimistes... J'étais heureux de rencontrer de (vrais) bergers dans l'assistance. Certains favorables à la protection et la sauvegarde de la nature sauvage, d'autres aussi venus écouter pour mieux comprendre. Chapeau Messieurs !

Pour plus de renseignements : www.paysdelours.com : Alain REYNES, Pays de l’Ours-Adet 06 13 59 29 76

533ours